Le monde lusophone

Hérité de la colonisation portugaise (entre le XVᵉ siècle et le XXᵉ siècle)  le monde lusophone est formé de tous les pays qui ont le portugais comme langue officielle : le Portugal, le Cap-Vert, l'Angola, le Brésil, la Guinée-Bissau, Macao, le Mozambique, Sao Tomé-et-Principe, et le Timor oriental. Aujourd'hui on compte près de 220 millions de lusophones natifs à travers le monde.

page-header.jpg
Lusophone-Project-header_pressrelease_ba

Le Portugal

1280px-Flag_of_Portugal.svg.png

Le Fado est né au cours des années 1820 dans le sud du Portugal, à Lisbonne. C'est un style de musique aux thèmes mélancoliques : la saudade, l’amour inaccompli, la jalousie, la nostalgie des morts et du passé, la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil… Le fado serait originaire des quartiers populaires de Lisbonne dans lesquels les femmes chantaient quand leurs maris partaient en mer et parfois ne revenaient jamais. Voici la "reine du fado", Amalia Rodrigues qui chante la misère d'un quartier de Lisbonne nommé Alfama :

Les chanteurs de Fado sont traditionnellement accompagnés à la guitare classique et à la guitare portugaise, une guitare à douze cordes au son métallique et profond, écoutez l'un des grands maîtres en la matière, Carlos Paredes :

Voici le groupe moderne lisboète Madredeus au style "Fado/pop" :

Avant la Révolution des œillets le 25 avril 1974, le Portugal était dirigé par le dictateur Salazar. Les poètes et musiciens portugais devaient alors contourner la censure afin d'exprimer leurs idées de liberté et de contestation. Par exemple cette chanson de Zeca Afonso raconte la fraternité des habitants de Grândola, (ville de la région d'Alentejo au sud du Portugal). Elle est considérée comme l'hymne de la révolution :

A partir de la première guerre mondiale et encore aujourd'hui beaucoup de portugais ont quitté leur pays pour aller travailler et trouver une vie meilleure ailleurs, cela explique la présence récurrente dans la musique de la douleur de l'exil. Écoutez par exemple l'émouvant Alfredo Soares nous chanter son mal du pays :

Suite à l'immigration récente des peuples issus de ses anciennes colonies dans les périphéries de ses grandes villes, le Portugal a vu émerger de nouveaux styles de musiques urbaines aux racines africaines, voici par exemple le rappeur Apollo G qui raconte sa nostalgie de son pays d'origine, le Cap-Vert :

Le Cap-Vert

L'archipel du Cap vert est un pays d'Afrique composé de dix îles dans l'Océan Atlantique au large du Sénégal, il est l'un des plus petits et des plus pauvres au monde :

Cesária Évora (1941-2011), originaire de Mindelo (île de Sao-Vincente), est la chanteuse cap-verdienne la plus connue dans le monde. Surnommée la « Diva aux pieds nus » car toujours pieds nus sur scène, elle chantait principalement dans sa langue maternelle : le créole capverdien. Voici une de ses coladeiras (danse et genre de musique au tempo allegro) en l'honneur de son "petit pays" :

Proche du fado portugais, la morna est un autre genre de la musique cap-verdienne. Au tempo adagio (lent) elles sont très souvent tristes et évoquent les thèmes de la misère, du mal du pays, de la mer nourricière (les cap-verdiens vivent beaucoup de la pêche) mais aussi trop souvent meurtrière et qui nous sépare des gens qu'on aime :

Voici une morna/rock du groupes Os Tubarões ("les requins") originaire de l'île de Santiago avec le celèbre chanteur Ildo Lobo :

Le funaná est un genre de musique au tempo presto (très rapide) et qui se danse ainsi :

Le batuque est encore un autre genre de la musique cap-verdienne généralement joué et dansé par les femmes sur un temps ternaire :

Voici une chanson moderne en créole cap-verdien de Nelson de Freitas (néerlandais d'origine cap-verdienne) dans le genre de la kizomba, une musique et une danse originaire d'Angola :

L'Angola

31ftsVVi8sL._AC_SX425_.jpg

Après la guerre pour son indépendance (1975) l'Angola s'est désintégré dans la corruption, la misère et une guerre civile sanglante. Le chanteur et ancien athlète Bonga est resté très critique envers les dirigeants politiques de tous bords et s'est dévoué à l'idéal de non-violence, en affirmant simplement : "Nous devons vivre sans nuire à autrui". Sa musique est joyeuse et pleine d'espoir :

Mona Ki Ngi Xica est une de ses chansons en kimbundu (langue autochtone de la région de Luanda, non reconnue officiellement par le pouvoir) :

La musique angolaise ne saurait être présentée sans ses danses. La kizomba est certainement la plus célèbre aujourd'hui, en voici un concours diffusé à la télévison angolaise :

Voici à présent la danse semba :

Voici la danse kuduro du groupe moderne Os Detroia :

La joie et le rythme de la musique angolaise ont charmé et influencé de nombreux artistes comme la cap-verdienne Césaria Evora :

Le Mozambique

Principal carrefour commercial durant la période de colonisation, le Mozambique fut aussi le lieu de rencontre de cultures africaines, européennes et arabes.  La marrabenta est une musique urbaine populaire née dans le sud du Mozambique dont le rythme peu commun est remarquable :

Le Brésil

La musique brésilienne est d'une grande richesse et diversité notamment grâce à son triple héritage : américain (indiens autochtones), européen (colons essentiellement portugais) et africain (anciens esclaves). Au Brésil chaque région possède une tradition et une culture musicale qui lui est propre. Par exemple dans la région du Nordeste le principal genre musical est le Forró, il se danse et est incarné par le fameux chanteur et accordéoniste Luis Gonzaga :

Née au début du XXe siècle à Rio de Janeiro, la samba est présente dans tout le Brésil. A l'origine elle serait une danse issue des traditions religieuses des anciens esclaves, en particulier celles d'Angola et du Congo. Elle est notamment dansée pendant le fameux carnaval de Rio durant lequel différentes écoles de samba s'affrontent en défilant dans les rues. Voici des extraits du carnaval de 2020 :

La batucada désigne un genre musical joué avec des percussions traditionnelles. Olodum est un groupe culturel de la communauté noire de la ville de Salvador. Son principal objectif est la lutte contre le racisme, la promotion et le soutien à la jeunesse et à la communauté afro-brésilienne. Le groupe participe activement au carnaval de Salvador et a collaborer avec de grands artistes internationaux tels que Jimmy Cliff, Michael Jackson ou encore Paul Simon :

La capoeira est un mélange de danse et d'arts martiaux qui trouverait ses racines dans les techniques de combat des anciens esclaves. La capoeira se distingue des autres arts martiaux par son côté ludique, souvent acrobatique et par son accompagnement musical :

La bossa nova est un style musical ayant émergé à la fin des années 1950. Issu du croisement de la samba et du cool jazz, elle devient très populaire chez les jeunes musiciens et étudiants :

Le choro ("pleur" en portugais), aussi appelé chorinho ("petit pleur"), est un style de musique populaire et instrumental né au XIX siècle.

Il existe encore bien d'autres genres et styles de musique au Brésil, en voici un dernier pour finir. La lambada est une danse et un genre musical très populaire au début des années 1990 : :