Le    Jazz

Le Jazz est un style de musique né aux États-Unis faisant partie de ce qu’on appelle la musique afro-américaine. Cette musique s’est construite, a évolué sous différentes formes et s’est diffusée jusque dans les musiques d’aujourd’hui. Nous allons tenter de retracer les grandes lignes de cette histoire afin de caractériser ce style.

Les origines

Le Jazz se base sur des racines africaines, en effet l’esclavage (traite négrière européenne dès le XVᵉ siècle) a rassemblé aux États-Unis (mais pas seulement) des personnes issues des quatre coins d’Afrique :

Ne parlant pas la même langue et ne jouant pas les mêmes musiques les esclaves ont dû reconstruire une culture commune. A l’origine ils chantaient en travaillant dans les champs pour oublier leurs dures conditions de vie et pour se donner du courage, ce sont les work songs, nous remarquons qu’ils sont responsoriaux

Le dimanche était le seul jour de la semaine ou les noirs pouvaient se rassembler à l’Eglise où ils chantaient le Negro spiritual qui deviendra le célèbre gospel :

Le Gospel est une musique religieuse afro-américaine, le voici dans un extrait du célèbre film américain Sister Act 2 :

Pour ceux qui souhaitent écouter plusieurs heures de gospel d'aujourd'hui dans différentes églises des États-Unis cliquez ici

Voici Sister Rosetta Tharpe qui mélangera à merveille le blues (musique profane) et le negro spiritual (musique religieuse) :

Les débuts

C'est à la fin du XIX siècle, dans la ville de La Nouvelle Orléans dans l'état de Louisiane, que des musiciens noirs commencent à former des fanfares et jouent pour les mariages, les défilés, les naissances ou encore les enterrements. C’est dans ce contexte des quartiers chauds de la Nouvelle-Orléans que nait le ragtime, une musique et une danse  qui se répandra dans tous les USA et donnera naissance au Jazz :

Rappelons qu’après l’abolition de l’esclavage (1865), les inégalités entre noirs et blancs demeurent sous le nom de ségrégation. C’est dans cette période difficile et grâce à leurs musiques que les premiers artistes noirs accèdent à la télévision et à la considération du grand public tels que les chanteuses Ella Fitzgerald, Billie Holiday et le célèbre chanteur/ trompettiste originaire de Nouvelle-Orléans Louis Armstrong :

Voici le spectaculaire Cab Calloway accompagné de son orchestre :

À partir des années 1930 apparaissent les big bands. Ce sont des petits orchestres de jazz, les plus célèbres sont ceux de Count Basie, Benny Goodman ou encore Duke Ellington que voici :

C’est au milieu du XX siècle que le terme "Jazz" apparaît. De plus en plus instrumental (sans voix) il se popularise notamment à travers le cinéma, par exemple voici le vibraphoniste Lionel Hampton, le dans le film A song is born (1946) au côté du fameux Louis Armstrong :

Le bebop

Le bebop, ou bop, est un style du jazz ayant émergé dans les années 1940 et 1950. Les pionniers du bebop sont Charlie Parker surnommé "bird" (oiseau), Dizzy Gillespie ainsi que Thelonious Monk :

Voici les jazzmen Sonny Stitt, JJ Johnson, Howard McGhee et Kenny Clarke rendant un hommage posthume à Charlie Parker :

Le cool jazz

Le Cool jazz nait à New-York à partir des années 1950. Il s'agit d'un jazz moins virtuose, davantage aéré et au caractère plus calme que le bebop. L'ambassadeur de ce nouveau style n'est autre que le célèbre Miles Davis et son quintette :

Le jazz n'est alors plus joué seulement par les afro-américains car de nombreux groupes blancs se forment comme celui de Dave Brubeck et Paul Desmond avec le fameux morceau Take five (mesuré à 5 temps) :

Voici le pianiste Bill Evans avec son cool jazz plein d'émotions :

Il ne faudrait pas oublier également le mélancolique Chet Baker, Lee Konitz, John Lewis, Lester Young, Stan Getz, et bien d'autres...

Le hard bop

Le hard bop (« bop dur ») se développe entre les années 1955 et 1960. Il prend source dans un mouvement de reconnaissance par les afro-américains de leurs origines, appelé Black is beautiful (« Le Noir est beau ») qui consiste à un retour aux sources de la musique, à l'Afrique et, en même temps, une réaction agressive au cool jazz (d'où le terme « hard ») surtout dominé par les blancs. Voici le pianiste Horace Silver :

Le hard bop est influencé par rhythm and blues, notamment dans les jeux du piano et du saxophone. Le rythme est nettement marqué par la batterie (instrument inventé par les afro-américains) avec par exemple les batteurs Max Roach et Art Blakey que voici avec son groupe The Jazz messengers :

 Voici le saxophoniste ténor de hard bop Sonny Rollins :

Le légendaire saxophoniste ténor et musicien de Miles Davis : John Coltrane prendra la direction de ce qu'on appellera le jazz modal, un jazz avec des accords et des gammes de plus en plus complexes et ouvrira la voie au free jazz :

Le free jazz

Le free jazz serait une forme de libération culturelle pour les afro-américains qui rompt avec les mélodies et les rythmes de la musique occidentale présents dans le bop. Cette vision radicale pourrait être une tentative de retour aux racines du jazz, notamment par la dimension religieuse et l'improvisation collective et spontanée. Les grands artistes de free jazz sont John Coltrane, Ornette Coleman, Cecil Taylor, Charles Mingus, Eric Dolphy, Hamid Drake ou encore Sun Ra :

Archie Shepp est un des musiciens de free jazz les plus célèbres. Il a collaboré avec des musiciens du monde entier et habite aujourd'hui à  Paris :

Le jazz fusion

A partir des années 1970 le jazz fusionne avec différents styles tels que le rock, la musique latine, le funk, l'électro ou encore le hip-hop.

Le jazz-rock permet d'élargir considérablement le public du jazz (qui s'était beaucoup réduit avec le free jazz). Le groupe Mahavishnu Orchestra, avec son célèbre guitariste John McLaughlin et son remarquable batteur Billy Cobham en sont les parfaits représentants :

Plus tard le guitariste Pat Metheny et le contrebassiste Charlie Haden y ajouteront une touche pop, par exemple dans leur morceau Spiritual qui se base sur un ostinato de quatre accords modernes :

Le latin jazz combine le jazz aux rythmes latino-américains (d’origines africaines en bonne partie) avec par exemple les percussionnistes cubains Tito Puente et Mongo Santamaria :

Le jazz-funk apparait dans les années 1960 influencé par les enregistrements du célèbre chanteur de funk James Brown et de son saxophoniste Maceo Parker :

Le pianiste Herbie Hancock est le grand représentant du jazz funk moderne, il n'hésite pas à ajouter des sons électronique à l'aide du synthétiseur alors très à la mode. Le voici au côté des grands jazzmen Freddie Hubbard (trompette), Joe Henderson (sax ténor), Ron Carter (contrebasse) et Tony Williams (batterie) :

Le jazz electro (ou "nu jazz") mélange jazz, funk, et musique électronique tout en laissant une grande place à l'improvisation libre. A la fin de sa carrière Miles Davis en sera l'un des pionniers :

Le jazz hip-hop fusionne jazz, funk et hip-hop. Il influencera de nombreux rappeurs. Le bassiste Marcus Miller avec sa technique du "slap" illustre bien ce style :

Le trompettiste Roy Hargrove a travaillé avec de nombreux rappeurs américains :

Aujourd'hui le jazz continue d'évoluer sous de nombreuses formes à travers le monde, écoutez par exemple le contrebassiste israélien Avishaï Cohen :

Le jazz français

Au cours du XXᵉ siècle de nombreux jazzmen se sont installés en France car il y étaient considérés comme des artistes contrairement au États-Unis ou leur musique était davantage vue comme un divertissement.  De plus beaucoup de chansons françaises telles que Les feuilles mortes ou La vie en rose ont été reprises et intégrées au répertoire du jazz. La France donnera ainsi naissance à ses propres musiciens de jazz.

Le jazz manouch désigne le mélange du jazz avec les musiques manouches (cf. Musiques tziganes). Icône et inventeur de ce style, le belge Django Reinhardt connaitra un immense succès aux Etats-Unis avec son groupe le Quintette du Hot Club de France :

Michel Petrucciani est un des pianistes français de jazz les plus connus dans le monde :

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf (neveu du grand écrivain Amin Maalouf) rencontre un grand succès de nos jours avec son jazz aux couleurs orientales :